Contexte médical

En effet, en France, aujourd’hui, 60% des patients déclarent renoncer
à des soins dentaires de première nécessité pour des questions d’argent.

 

Plus de 50% des plus de 60 ans portent un « appareil » dentaire (dentier complet ou partiel), 40% l’enlèvent pour manger (inconfort, douleur) alors que les implants (trop chers) existent depuis 30 ans.

 

L’OMS cite la carie comme fléau mondial avec près de 100% de la population concernée.

 

1 700 dentistes (sur 32 000 en 2014) partent tous les ans à la retraite, remplacés par 900 nouveaux diplômés... soit près de la moitié des dentistes en moins de 1985 à 2025.

 

Les prix montent jusqu’à des niveaux inabordables pour une grande partie de la population qui souffre donc de douleurs, d’inconfort ou de problèmes d’esthétiques.

 

Le tourisme médical incite les patients à se mettre en danger à l’étranger pour se faire soigner à des prix abordables.

 

Par ailleurs, les enquêtes montrent que la grande majorité des dentistes refusent de soigner les bénéficiaires de la CMU, les syndicats ont d’ailleurs un temps appelé à leur boycott.

 

La France pose aujourd’hui 2 à 3 fois moins d’implants, (ou autres actes à valeur ajoutée)que les autres pays européens avancés (Italie, Allemagne...) et toute l’Europe est en retard par rapport aux pays 
à systèmes de santé concurrentiels (USA, Japon...).

 

53% des enfants d’ouvriers ont au moins une carie à 11 ans,
 contre 26% des enfants de cadres... qui consultent trois fois plus souvent leur dentiste.